Généalogie Dardel - Fiche Individuelle
Généalogie Dardel - Fiche Individuelle
NomCharles Auguste Dardel , 595
Naissance1793-08-25, Saint-Blaise (NE)
Décès1874-01-30, Sèvres (F 92)
ProfessionBrasseur à Sèvres (F 92)
PèreCharles Frédéric Dardel , 593 (1758-1794)
Conjoint(e)s
Naissance1799-04-04, Milan (Italie)
Décès1818-09-22
MèreEmilia Fodarevelon , 3363
Mariage1815-12-14, Paris17
Naissancever 1793, Briis-sous-Forges (F 91)
Décès1840-02-28, Sèvres (F 92)
Mariage1820-10-10, Paris17
Naissance1817-06-25, Ollainville (F 78)
PèreFrançois Henri Gonnet , 2550 (1788-1845)
Mariage1842-11-24, Paris
EnfantsCharles Léon* , 1074 (1843-1879)
 Auguste Julien* , 1080 (1845-1906)
 Pauline , 3512 (1849-)
 Frédéric Alfred (Frédey) , 1093 (1850-1919)
Notes pour Charles Auguste Dardel
Acquiert la nationalité française en 1831. Capitaine des voltigeurs en 1831. Commandant de la Garde Nationale en 1838. Conseiller municipal. Chevalier de la Légion d'Honneur.
Crée à son arrivée à Sèvres (avant 1817) une fabrique de fécule de pomme de terre, puis la brasserie Dardel. Fournit les cafés, restaurants et une clientèle de luxe, dont la Cour de Charles X et Napoléon III. Reçoit en 1826 un brevet de Brasseur du Roi signé de Charles X.

Charles-Auguste Dardel habitait Sèvres. Né à Saint-Blaise en 1793, il était, en 1815, officier au bataillon des tirailleurs neuchâtelois à Berlin. Entré à Paris avec les armées coalisées, il s'y établit, puis fonda à Sèvres une importante brasserie. Bientôt, considéré de tous, il fut nommé commandant d'un bataillon (le la garde nationale et prit part comme tel aux événements de 1830 et de 1818. L'année 1870 le retrouva à la tête de son bataillon pendant le siège. Il était membre du Conseil municipal de Sèvres depuis 1823 et avait su se concilier l'affection de tous. C'était un type de grâce, d'amabilité, qui charmait tous ceux qui l'approchaient. Il exerçait une large hospitalité envers ses compatriotes; sa vive intelligence et ses idées libérales l'avaient mis en rapport avec nombre d'hommes éminents, et l'on rencontrait chez lui Laboulaye, Barthélemy Saint-Hilaire, etc. Il mourut le 30 janvier 1874, et son enterrement fut une imposante manifestation de respect et de reconnaissance pour cet homme de bien, qui avait dignement servi sa patrie d'adoption, mais sans rompre avec son pays d'origine; car il aimait à revenir parfois dans sou village natal, et il n'avait à Saint-Blaise que des amis.
Philippe Godet174
Notes pour Julie (Conjoint(e) 2)
Sans postérité
Dernière modification 2017-01-06Créé le 2020-02-26 avec Reunion
Formulaire de mise à jour

© FD 2020